Index du forum Les rubriques Histoire du vin et de la vigne... découvrir le vin, l'aborder, s'informer Histoire de vin Le vin en vidéo.

Retrouver ici toutes les vidéos sur le vin.

Re: Audio, vidéo, presse

Messagepar KARLITOUXXX » Lun 3 FĂ©v 2020 20:19

Bonsoir,

Ceci me fait penser au cognac.
Les belles cuvées des grandes maisons sont très chères.

Cordialement
Karl
KARLITOUXXX
 
Messages: 93
Inscrit le: Jeu 29 Juin 2017 19:13

Re: Audio, vidéo, presse

Messagepar alex73 » Lun 3 FĂ©v 2020 22:06

Je pense qu'on est là dans un monde complètement différent. Le bling bling des bars est à l'opposé de ce que les vrais amateurs recherchent. Mais il est vrai que probablement nous ne représentons qu'une très petite part de marché (< 1%). Comme Thierry, j'ai progressivement abandonné les achats des champagnes des grandes marques avant tout parce qu'ils sont sur-dosés à mon goût. Même si je reconnais qu'il y en a bien sûr d'excellents, je préfère donc les champagnes de (bons) propriétaires. Car malheureusement ce n'est parce que on est RM que l'on fait du bon champagne! Mais grâce à BDE et à de bons cavistes on arrive a trouver d'excellentes bouteilles à des prix "normaux", du moins pour ma bourse...
Bonne nuit.
Alexis
alex73
 
Messages: 988
Inscrit le: Dim 14 Nov 2010 08:43
Localisation: Savoie

Re: Audio, vidéo, presse

Messagepar Lalex » Mer 5 FĂ©v 2020 13:15

.
Les producteurs de Bourgogne en Beaujolais se défendent
Suite aux nombreuses plaintes et arguments défendus ces derniers jours dans les médias par les bourguignons à propos du projet de délimitation de l'AOC Bourgogne, l'Association des producteurs de Bourgogne sur le territoire du Beaujolais (APBB) a décidé, à son tour, de réagir.



La filière bourguignonne s’offusque, entre-autres, de la décision de l’INAO de proposer de conserver dans la zone de production des communes du territoire Beaujolais. En réponse, les producteurs de l'appellation Bourgogne sur le territoire du Beaujolais, représentés par l'APBB, rappellent dans un communiqué « l'appartenance historique du Beaujolais à la « grande Bourgogne viticole », qui ne doit pas être confondue avec la région administrative : « Le jugement du 29 avril 1930 qui en avait consacré les principes, définit la Bourgogne viticole comme composée des départements de l’Yonne, de la Côte d’Or, de la Saône-et-Loire et de l’arrondissement de Villefranche-sur-Saône dans le Rhône, le Beaujolais figurant historiquement comme un vignoble de la Bourgogne », argumente l'Association. « S’il parait difficilement compréhensible que des zones historiques de Chablis, de Dijon et du nord de la Côte d’Or n’aient plus accès à la production de l’appellation Bourgogne, la filière bourguignonne ne peut pas, pour autant, contester la légitimité du Beaujolais et remettre en cause la notion d’origine », ajoute t-elle.

"Ne pas se tromper de combat"

Une légitimité qui a d'ailleurs été confirmée le 20 novembre 2018 lors de la publication de l’arrêté de délimitation autorisant l’ensemble des communes viticoles du Beaujolais à produire l’appellation Crémant de Bourgogne...
Pour les rassurer et en tant que vignoble "responsable", ils précisent par ailleurs leur attachement au maintien d'une régulation du potentiel de production.
En conclusion, l'APBB rappelle l'importance pour les producteurs et négociants d'être « forts et unis » dans un contexte de concurrence internationale exacerbée. « Il ne faut pas oublier que les enjeux se situent aujourd'hui à un niveau mondial ».


www.vitisphere.com


Alex,
Lalex
 
Messages: 2696
Inscrit le: Ven 7 Sep 2012 10:47
Localisation: Ile-de-France (91)

Re: Audio, vidéo, presse

Messagepar Lalex » Mer 12 FĂ©v 2020 13:19

.
Millésime 2019 en Bourgogne
Un millésime marqué par une acidité élevée
Le millésime 2019 en Bourgogne s'annonce comme un millésime plus facile à vinifier que l'an passé. Les niveaux d'acidité sont particulièrement élevés malgré l'année chaude et la récolte en blanc plutôt maigre. Echos et conseils de deux œnologues.




« Après 2018 qui pêchait par son manque d'acidité, 2019 est un millésime plutôt simple à vinifier », témoigne Richard Angonin, œnologue au laboratoire Moreau œnologie. Les niveaux d'acidité des moûts présentent en effet la particularité cette année d'être élevés ou très élevés. Un phénomène permis par des maturations par concentration des différents cépages. « On a des pH de 3,2/3,3 sur moûts, c'est parfait », poursuit le professionnel.

"Une bonne extraction des tanins"

« Les teneurs en acide tartrique se sont bien tenues, elles sont souvent très élevées ; il n'y a pas besoin d'acidification comme l'an dernier », confirme Eric Pilatte, œnologue opérant en Côte chalonnaise, Côte de Beaune, dans le Couchois et les Hautes-Côtes. Pour ce dernier, certains moûts en rouges présentaient une acidité totale excessive - parfois supérieure à 5 g/L H2SO4 - alors que les teneurs en sucres étaient supérieures à 220 g/L, nécessitant des apports de bicarbonate de potassium. Objectif : abaisser l'acidité totale à un niveau plus acceptable à la dégustation et pour l'équilibre acide final du vin fini. « Il y a eu des remontées d'acide tartrique importantes sur certaines cuvées cette année, contenu dans les peaux », a constaté celui-ci. De son côté, Richard Angonin a préféré conseiller à ses clients de favoriser une bonne extraction des tanins afin qu'ils « couvrent » cette acidité, dans le but d'enrober les tanins et d'harmoniser la structure tannique ; « les maturités phénoliques étant atteintes cette année, cela a favorisé l'extraction », justifie-t-il. Les macérations ont en effet été courtes, d'une quinzaine de jours, l'extraction étant plutôt facile.

Les moûts en blancs présentaient par ailleurs des taux de sucre élevés, donc des degrés potentiels qui le seront aussi : les vins devraient titrer à 13,5°-14° alc, voire plus. « Mais comme il y a beaucoup d'acidité, on a un très bon équilibre et on garde une bonne fraîcheur », assure Richard Angonin.

Des corrections d'azote nécessaires

Pour les vins rouges, dont les premiers décuvages ont commencé, Eric Pilatte conseille « la plus grande prudence » par rapport à d'éventuels enrichissements: « Il y a des risques de relargage important de sucre à cause des raisins millerandés. On devrait gagner +0,5 à 0,7° alc. potentiel donc avoir des vins qui dépassent les 13° alc ». Les dégustations des premiers vins décuvés montrent sinon des notes de fruits : cerise, cassis, et très aromatiques. « Si la gestion de l'acidité et de la structure tannique des vins en cours de macération est bonne, on devrait avoir une très grande année ; mais ce sera un point clé », résume ce dernier.

Concernant les teneurs en azote assimilable, les avis divergent : pour Richard Angonin, les moûts en sont « riches », ce qui impose cependant une certaine vigilance, sur chardonnay comme pinot noir : « les fermentations ont tendance à démarrer trop vite et à s'emballer ». Pour les vins blancs vinifiés en fût, donc sans moyen de régulation de température, celui-ci préconise de faire attention aux « coups de chaud » : « iI ne faut pas dépasser les 20°C », rappelle t-il. Les levures ayant aussi tendance à surconsommer l'azote présent, cela donne parfois des situations de carences aux deux tiers de la fermentation. Un apport d'azote « complexe » (phosphate d'amonium et écorces de levure) est alors préconisé.

De son côté, Eric Pilatte constate de nombreux cas de carences en blancs comme en rouges, liées aux conditions de maturation particulières du millésime. Pour éviter des fermentations qui auraient tendance à « trainer », il invite les vignerons à « prendre les devants en mesurant et en corrigeant si nécessaire les teneurs en début de fermentation », ainsi qu'en fin de fermentation « pour finir dans de bonnes conditions ».


www.vitisphere.com

Alex,
Lalex
 
Messages: 2696
Inscrit le: Ven 7 Sep 2012 10:47
Localisation: Ile-de-France (91)

Re: Audio, vidéo, presse

Messagepar Lalex » Mer 12 FĂ©v 2020 16:24

.
Jean-Nicolas Méo dit ses quatre vérités !
Jean-Nicolas Méo a repris en 1989 un domaine alors confidentiel pour en faire une « star » de la Côte de Nuits, une « marque » connue internationalement : Méo-Camuzet. Rencontre autour de « l’héritage » d’Henri Jayer, de la notion de gourmandise dans les vins, du "bio", d'un laisser-aller chez certains en Bourgogne, ou encore du sujet sensible des droits de succession.


La rubrique Rencontre du numéro 151 de Bourgogne Aujourd'hui est consacré à Jean-Nicolas Méo qui en 30 ans a fait du domaine Méo-Camuzet, à Vosne-Romanée, une "star" internationale.
Retrouvez ci-dessous quelques extraits de cette interview, dont il vous reste les deux-tiers Ă  lire dans Bourgogne Aujourd'hui.



Dès les débuts, votre histoire a été étroitement liée à Henri Jayer (...) Quels ont été vos rapports ?

Je crois que l'on peut parler d'un mentor. Quand je suis arrivé, il m'a dit : « bon, j'accepte de t'aider à faire du vin parce que tu n'y connais rien » (rires). L'idée sans doute derrière tout cela, c'est que je n'allais pas le contredire. Après, j'ai immédiatement adhéré au style des vins d'Henri. En 1989, mon premier millésime, j'ai fait exactement ce qu'il me disait de faire, « tu refroidis, tu érafles à 100 %... ». Il venait tous les jours et au final, qu'est ce que les vins étaient bons ! Henri faisait tout pour que ses vins aient un côté gourmand, sensuel, jouissif presque et cela m'a tout de suite plu.


Son credo était de dire qu'un vin doit être bon tout de suite, dès la mise en bouteilles, en insistant beaucoup sur la notion de plaisir, de fruit tout simplement...

Exactement ! Il ne cherchait pas à trop intellectualiser la dégustation et j'ai tout de suite adhéré. Après, avec Christian Faurois, nous avons rapidement senti qu'il y avait quand même un décalage de génération et cela nous a amené assez vite à prendre des initiatives, à changer des choses, notamment dans la conduite des vignes, dans la maîtrise des rendements, dans le travail des sols, en cave... Les anciennes générations n'avaient pas les mêmes moyens financiers, techniques que nous. Henri avait commencé à travailler en 1945 et il a connu les années difficiles de l'après-guerre ; la qualité ne payait pas autant que de nos jours, les vins de Bourgogne étaient déjà connus, le richebourg était le richebourg, mais les prix n'avaient rien à voir avec ceux d'aujourd'hui, alors il ne faut surtout pas critiquer ce qui s'est fait dans ces décennies 1950, 1960, 1970...


Henri Jayer éraflait aussi à 100 % ses raisins. La mode actuelle pour les vinifications en vendanges entières n'a donc pas pénétré dans la cuverie du Domaine Méo-Camuzet...

Non, j'ai essayé, mais il y a vraiment une dichotomie entre l'intellectuel lié aux vinifications en vendanges entières et le sensuel des vinifications en raisins égrappés. J'ai mis beaucoup de temps à apprécier les vins issus de vendanges entières en me demandant ce que l'on pouvait bien leur trouver ; bon, j'ai compris que l'on puisse être attiré par ce style de vinification, mais ce n'est pas pour moi. Il y a beaucoup d'approximations, de vins peu convaincants, maigrelets, un peu âpres, sans finesse, en Bourgogne et encore plus à l'étranger où c'est également à la mode, mais il est vrai aussi que certains domaines le font très bien !


Les techniques viticoles et oenologiques doivent faire face à une nouvelle réalité : le réchauffement climatique. Certains le voient comme une chance, car il permet objectivement d'avoir des raisins plus mûrs qu'auparavant et d'autres comme un danger, pour l'identité de fraîcheur, de finesse des vins de Bourgogne. Et vous ?

Avec le recul, je l'ai vu comme une chance ; cela nous a fait du bien. Il est clair que la Bourgogne a souvent été en sous-maturité jusqu'à la fin des années 1980. Ceci étant, sans être climato-sceptique, il ne faut quand même pas oublier qu'il n'y a pas si longtemps que cela, entre 2010 et 2014, il a fallu chaptaliser les vins. Alors que ce n'est plus du tout le cas depuis 2015 ; chaque année, on a même l'impression de grimper d'un cran en chaleur et on ne peut en effet qu'être inquiet. Je remarque aussi, en remontant plus loin, que depuis mes débuts, je n'ai connu qu'un seul vrai petit millésime : 1994 ; alors même si le climat semble s'affoler depuis cinq ans, le réchauffement est manifestement enclenché depuis bien plus longtemps et à chaque décennie on avance de quelques jours les dates de vendanges.


Vous avez investi il y a quelques années dans le vignoble d'Oregon, aux USA. De quoi s'agit-il exactement ?

Je me suis associé avec un vieil ami américain. L'idée de départ, en 2012, était de reprendre une grosse winery existante et j'aurais été consultant avec des parts ; cela ne s'est pas fait. Le projet a évolué vers une création d'entreprise basée sur l'achat de raisins, ce qui est une pratique courante en Oregon ; en 2014, nous avons eu l'opportunité d'acheter une vigne qui correspondait à nos besoins : 5,5 hectares environ seulement, des vieilles vignes, pour l'Oregon, plantées en 1988, en pente, à densité relativement élevée, à un prix raisonnable : 500 000 dollars, ce qui fait environ 80 000 euros l'hectare ; on est loin des prix du foncier en Bourgogne. Aujourd'hui, ces vignes représentent environ un tiers de notre production, les deux autres tiers venant donc d'achats de raisins. Le domaine s'appelle Nicolas-Jay.

Pourquoi cet investissement ? On s'ennuie en Bourgogne aujourd'hui ?

On ne s'ennuie pas, mais c'est un peu frustrant de ne pas pouvoir se développer. C'est devenu impossible d'acheter des vignes dans les belles appellations. Et puis, dès mon arrivée, j'ai aussitôt été plongé dans le bain en Bourgogne, sans avoir eu d'expériences à l'étranger et là aussi c'était un peu frustrant. Dès 1999, nous avons commencé à faire un peu de négoce en Bourgogne, ce qui m'a beaucoup ouvert l'esprit dans un premier temps. Le négoce s'est développé, mais c'est aujourd'hui difficile d'aller plus loin par manque de place et parce que depuis quelques années, les cours en négoce sont devenus très élevés ; c'est bien, mais certains en profitent en demandant à la fois des cours stratosphériques et les rendements maximum. Quantité, qualité, et prix maximum, ce n'est pas toujours compatible ! Ce n'est tout simplement pas facile aujourd'hui de trouver de bons approvisionnements en négoce.



Repères

1989 : Arrivée en Bourgogne et début de la collaboration avec Henri Jayer.
1993 : Mariage avec Nathalie et naissance d'Adrien.
1996 : Naissance de Tristan.
1999 : Magnifique millésime.
2000 : Naissance de SĂ©verin.
2003 : Un millésime qui dérange.
2008 : Le domaine atteint sa configuration actuelle.
2014 : Premier millésime en Oregon (USA).
2015 : Magnifique millésime.
2019 : DĂ©but de transmission aux enfants.


www.bourgogneaujourdhui.com


Alex,
Lalex
 
Messages: 2696
Inscrit le: Ven 7 Sep 2012 10:47
Localisation: Ile-de-France (91)

Re: Audio, vidéo, presse

Messagepar Lalex » Ven 14 FĂ©v 2020 13:15

.
[ENTRETIEN] Crus Bourgeois : J-7 avant le classement
C'est le jeudi 20 février que sera dévoilé le classement des Crus Bourgeois, qui renouent avec cette ancienne tradition après plus de quatre ans de travail et de réflexion. Olivier Cuvelier, président de l’Alliance des Crus Bourgeois, a répondu à nos questions dans le dernier numéro de Terre de Vins.


Président de l’Alliance des Crus Bourgeois du Médoc depuis 2016, Olivier Cuvelier aura été le grand artisan de ce classement que son prédécesseur, Frédéric de Luze, avait initié et porté avec conviction jusqu’à ses derniers jours. Âgé de 60 ans, père de trois enfants, Olivier Cuvelier – frère de Didier Cuvelier –, est président de H. Cuvelier & Fils depuis 1990, maison de négoce qui commercialise des grands vins de Bordeaux et vins de qualité, dont les Crus Bourgeois. Il est également gérant du prestigieux château Léoville-Poyferré, grand cru classé 1855 à Saint-Julien, et gérant du château Le Crock, en appellation Saint-Estèphe. Originaire du Nord, région que son père a quittée en 1947 pour développer ses affaires à Bordeaux, Olivier Cuvelier est connu pour sa discrétion, son pragmatisme et son efficacité. L’année 2020 nous dira s’il a eu raison de relancer un classement dans une société viticole qui aime la hiérarchie… dès lors qu’elle n’en est pas exclue. Verdict officiel le 20 février prochain, à retrouver bien entendu sur Terredevins.com.




2020 sera donc une année importante pour les Crus Bourgeois…
L’année est importante car c’est la date du premier classement dans sa nouvelle mouture. Mais ce n’est là qu’une première étape. L’année 2025 sera aussi importante que 2020 ! L’ensemble des crus qui formaient la famille des Crus Bourgeois en 2003 ne reviendront pas. Des châteaux l’avaient en effet déjà annoncé. L’idée est donc de tailler notre chemin, de faire notre travail et de monter en puissance afin de faire revenir des gens qui ont fait partie des Crus Bourgeois et font partie de l’élite. Pour être représentatifs, nous devons convaincre un certain nombre de marques, qui ont été Crus Bourgeois exceptionnels notamment, de rester à nos côtés.

Quel enjeu revêt véritablement ce nouveau classement ?
L’enjeu est clairement de ré-expliquer. Nous avons besoin de structurer ce marché bordelais qui est complexe. Ce marché rassemble une famille de 250 à 300 châteaux mais les acteurs étrangers prennent comme référence les prix les plus bas… On a donc besoin de structurer cette famille. L’enjeu est important pour les producteurs mais aussi pour les consommateurs. On doit mieux expliquer cette famille de crus. Peu de marques sont plus puissantes qu’un classement. 1855 est une sacrée ombrelle ! Il faut que ce classement reprenne du brillant et du prestige. Il en a besoin.

Les Crus Bourgeois bénéficiaient jusqu’alors d’un classement annuel qui ressemblait davantage à un label. Il s’agit cette fois d’un classement quinquennal. Vous aviez besoin de davantage de stabilité ?
Cette épée de Damoclès qui nous menaçait chaque année était épuisante. Pour les partenaires, et les maisons de négoce, comment s’engager sur une seule année ? C’est plus intéressant pour une durée de cinq ans. La reconnaissance annuelle est une machine folle qui tournait sur elle-même et qui n’était pas facile à gérer. Nous, dans le cadre de ce nouveau classement, on a donné la possibilité à tous les gens qui avaient obtenu cinq reconnaissances au minimum, entre 2008 et 2016, d’entrer sans passer par la dégustation. Cela a supprimé un peu d’angoisse pour chacun. Ils ont ainsi la possibilité par ce biais de rester dans la famille des Crus Bourgeois, en premier rang. Pour aller chercher les mentions complémentaires, Cru Bourgeois supérieur ou exceptionnel, il fallait déposer un dossier dès le début. Le deuxième classement en 2025, lui, ne permettra pas cette prise en compte historique.

Combien de candidats avez-vous enregistrés ?
Je ne peux pas le dire aujourd’hui car nous ne voulons pas diffuser une liste de recalés. Il y aura une liste à l’arrivée. La liste finale sera officialisée le 20 février 2020. Chaque propriétaire candidat sait ou va savoir ces jours-ci [cet entretien s’est tenu mi-novembre ndlr] s’il est Cru Bourgeois et dans quelle catégorie il évolue. Un appel a été prévu. C’est la seule fois où les membres du jury verront les candidats. Le jury final va compiler les notes et la seule fois où les membres du jury les verront, ce sera lors de l’appel, s’il y en a un. Le jury sera composé de six personnes dont le président, Gilles de Revel, et le vice-président, Bill Blatch, qui a été négociant et qui a une image de probité. Il y a, enfin, deux représentants des jurys de dégustations, un représentant attaché à la partie technique, un représentant attaché à la partie marketing.

Quelles garanties de sérieux apportez-vous quand on connaît les mauvaises ondes qui ont suivi le classement de Saint-Émilion ?
On est passé d’un système où l’on jugeait à l’aveugle des millésimes du présent à une logique de classement de propriétés pour donner un classement dans le futur. Cela a été un peu long à faire passer auprès des ministères. Nous, la dégustation représente 100 %. Cette dégustation donne accès aux épreuves suivantes. Elle est super importante. Elle s’est déroulée à l’aveugle. La propriété choisissait cinq millésimes entre 2008 et 2016. La dégustation s’est faite avec une trentaine de dégustateurs répartis en groupes de cinq dégustateurs. Il pouvait y avoir un appel à l’issue de la dégustation. À ce stade, les gens pouvaient demander une deuxième dégustation qui annulait et remplaçait. Tout a été fait très sérieusement. Le dégustateur devait mettre au final une seule note qui résumait la qualité des cinq millésimes.

Redoutez-vous les contestations ?
Il y en aura. Je ne les redoute pas. Ce n’est pas par forfanterie mais on y est préparés. On travaille avec un cabinet d’avocats toute l’année. Et on a beaucoup travaillé sur le sujet. Un avocat très malin va peut être trouver un biais, mais on a donné la possibilité aux gens de s’évader s’ils ne sont pas au niveau. Aussi, un candidat qui attaque, pour un classement de cinq ans, la décision sera rendue quand on sera déjà au classement suivant… Enfin, avec les Crus Bourgeois, on ne connaît pas les mêmes enjeux que les crus classés de Saint-Émilion ! Et c’était ça ou ne rien faire. Les bons auraient fini par s’en aller…

Qu’est-ce que cel va vous permettre de réaffirmer auprès des consommateurs ?
Cela signifie une identité forte, avec des vins produits dans des appellations médocaines. C’est aussi unique : les gens se sont soumis d’abord à une dégustation et nous avons validé la qualité de leurs produits avant d’aller plus loin. La qualité du produit fait qu’on devient ou pas un Cru Bourgeois. Tous ces châteaux ont été validés pour une qualité et pour un volume déterminés par millésime, avec un sticker par bouteille qui authentifie avec un QR code la traçabilité du vin. À Bordeaux, on vendait souvent soit les vins les plus chers, soit les moins chers. Entre 10 et 20 euros, nous, les Crus Bourgeois, on est imbattables ! On n’a jamais réussi à faire valoir combien nous sommes bons dans cette catégorie de prix. Nos propriétés sont les plus proches des crus les plus prestigieux et on a du mal à vendre ces châteaux, ce n’est pas normal ! Ce classement va nous aider à passer la seconde !

Propos recueillis par Rodolphe Wartel dans Terre de Vins n°63, toujours dans les kiosques.


www.terredevins.com


Alex,
Lalex
 
Messages: 2696
Inscrit le: Ven 7 Sep 2012 10:47
Localisation: Ile-de-France (91)

Précédent

Retour vers Le vin en vidéo.

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit and 2 invités